Change your cover photo
Change your cover photo
Carpe Diem
This user account status is Approved

This user has not added any information to their profile yet.

Mon profil photographe
Yann
Homme
France

J'ai voyagé à travers l'Europe, un petit peu en Afrique et en Asie et sur une bonne partie de l'Amérique du sud. J'aime la photo pour ce qu'elle peut susciter comme émotion. Une simple image peut en dire beaucoup plus qu'un long discours.

Ma candidature
Ma série photographique
Photo principale

Faire découvrir ce magnifique et méconnu pays qu'est le Kirghizistan.

A la découverte du Kirghizistan

J'ai passé 3 semaines avec ma compagne dans ce pays méconnu du tourisme mondial. Nous souhaitions sortir des sentiers battus en partant à la rencontre d'une population et d'une culture éloignée de notre vision occidentale.

Kyrgyzstan

350 euros AR en avion, très peu de touristes, un coût de la vie très faible et des paysages montagneux spectaculaires. Voici peu ou prou ce que je m'évertuais à répéter à ceux qui me demandaient pourquoi diable aller passer ses vacances au Kirghizistan. Un pays que ne conseillent pas les agences de voyages et qui pourtant, gagne à être connu.

Commençons par la situation géographique, c'est où le Kirghizitruc? Coincé entre deux imposants voisins que sont la Chine et le Kazakhstan. Pas évident donc pour ce petit pays de 5 millions d'âmes d'exister entre ces deux géants, sans accès à la mer qui plus est. Et sinon niveau relief ça donne quoi ? Alors de la montagne, un peu de montagne aussi et surtout, beaucoup de montagnes . Une moyenne de 2750 m d'altitude et des pics à plus de 7000 m, ça calme. Et à part la montagne? De l'eau, beaucoup d'eau même! Torrents, rivières et lacs sont légions avec en point d'orgue le lac Issyk Koul, pareil à une mer intérieure, perché à 1600 m d'altitude, vous n'en serez pas surpris. A noter que les différents massifs sectionnent le pays en deux parties Nord/Sud. En hiver,à cause de la neige, impossible de gagner l'une ou l'autre par la route, il faut prendre l'avion, ou les skis!

Bien, maintenant que vous commencez à visualiser la forme, attardons nous sur le fond. Déjà ça ressemble à quoi un Kirghiz? Bonne question dont la réponse est plus complexe qu'il n'y parait. Historiquement, les Kirghizs sont un ensemble de tribus nomades turciques (relatif aux Turques) ayant évoluées entre la Mongolie, la Sibérie et leur région actuelle. En somme, des bergers adeptes de pastoralisme (voir définition en bas de page) et de quelques conflits militaires de temps à autres. Oui mais ça c'était avant ! Avant de rencontrer l'empire russe qui lui, a préféré sédentariser tout ce petit monde, dans le but d'exploiter une main d’œuvre agricole fixe et besogneuse. Dès lors, le pays a œuvré pour l'empire puis pour l'URSS. Bon, tout ça c'est bien beau me direz-vous, mais ça ne répond pas à la question initiale. Certes ! Mais cette petite leçon d'histoire est pourtant nécessaire pour y répondre. On distingue deux types de kirghiz: le kirghiz "occidental"  vestige de l'URSS, grand, blanc aux yeux ronds comme des billes, et le kirghiz "oriental", relique du nomadisme passé, petit, basané aux yeux bridés . Oooh l'autre, les clichés ! C'est vrai, j'ai aisément forcé le trait mais la caricature aide parfois à la représentation ! Forts de ces informations, les curieux lecteurs avides de savoir que vous êtes (mais si vous l'êtes) doivent avoir les lèvres brûlées de questions supplémentaires. Du genre: "Mais y a des villes quand même la bas?" ou "Et ils parlent quelle langue? Et c'est quoi leur religion?" ou "Et il est encore long son article...?"

Pour ceux qui ne se posent pas cette dernière question, tâchons d'étancher votre soif de connaissances. Oui il y a des villes, la plus grande d'entre elles étant la capitale, Bishkek (excellent à placer en soirée). Niveau architecture, on y retrouve la froideur, le cubisme et le pragmatisme de l'architecture soviétique . Rien d'admirable donc, sauf si vous avez du goût pour le mauvais goût, ce qui est mon cas! On arpente de très longues avenues quadrillées en damier, aux noms évocateurs d'anciens leaders communistes et soviétiques. Lénine trône d'ailleurs sur son piédestal, tel un symbole du temps révolu ou la ville s'appelait encore Frounzé, alors capitale de la République socialiste soviétique kirghize. Un temps révolu oui, car depuis l'effondrement de l'URSS, l'opulent consumérisme occidental a pris le pas sur la décadente sobriété communiste. Les voitures de luxe pullulent dans les embouteillages, les centres commerciaux sont les nouveaux lieux de rendez-vous de la jeunesse branchée et la mode vestimentaire est résolument occidentale. USA:1 Russie:0. Ces considérations mises à part, la ville est étonnamment agréable, relativement verte et boisée . Les marchés sont riches en couleurs et le commerçants très hospitaliers .Par ailleurs on s'y sent en sécurité. En outre, le touriste français que j'étais se fondait aisément dans la masse, la partie "occidentale" des Kirghizs ayant habituée l'autre à côtoyer un physique de type européen. Bishkek fait en revanche figure d'exception, les autres villes du pays étant nettement moins grandes et moins occidentalisées, que ce soit au niveau du style de vie comme de la population.

Et ils parlent quelle langue ces gens-là? En tous cas ils ne parlent pas Anglais ! Rares sont les personnes avec qui j'ai pu dialoguer dans la langue de Shakespeare et toutes avaient moins de 20 ans. Dès lors il devient difficile de nourrir une conversation car au Kirghizistan, on parle Russe et/ou Kirghiz. En fait, tout le monde comprend et parle le Russe qui est une langue plus facile à apprendre que le Kirghiz. Du coup la majorité des Kirghzs "occidentaux", ou russes si vous préférez, se sont dit que ça ne valait franchement pas la peine de s'emmer... de se compliquer la vie à apprendre cet étrange espèce de dialecte turque qu'est le Kirghiz. Faisons une brève synthèse. Vous savez maintenant que cet insignifiant pays montagneux est peuplé d'anciens nomades turciques et de colons russes, que ces braves gens parlent Kirghiz et Russe, le tout sur une toile de fond culturelle soviétique en passe de s'incliner définitivement devant la toute puissante mondialisation occidentale et ses dérivés. Bieeeeeen...

Je vous propose de rajouter un peu de piquant à cette croustillante équation en abordant maintenant la question de la religion. La faible minorité d'animistes n'est qu'une goutte d'eau dans une mer de musulmans. Car oui les Kirghizs sont en grande majorité musulmans depuis le XIIème siècle. Autant vous le dire tout de suite, ce ne sont pas des fanatiques, loin de la. On est musulman au Kirghizistan comme on est catholique en France, par tradition historique bien plus que par conviction profonde. Ils respectent le ramadan, à peu près, et vont régulièrement à la mosquée, le vendredi. J'ai échangé avec de nombreux Kirghizs qui tout en gardant les principes fondamentaux de l'Islam, se soulageaient de certains autres, comme de ne pas manger de porc. Les cimetières sont un autre exemple de ce détachement dans le sens ou un cimetière musulman ne peut en principe absolument pas accueillir d'idoles qui côtoient pourtant les sépultures musulmanes. Au nord en tous cas, tant il est vrai que plus on se dirige vers le sud du pays, plus le Hijab redevient la norme. Les mosquées en revanche font un peu peine à voir . Il s'agit d'avantage d'une cabane en taule à laquelle on a ajouté tant bien que mal un minaret, que de la mosquée Al-nawabi de Médine.

Voila pour la carte d'identité globale. Si je ne veux pas perdre les quelques courageux arrivés à ce stade de l'article (j'ai bien conscience de vous parler du Kirghizistan, sujet incontestablement moins important que la dernière vidéo postée sur votre profil Facebook) je vais devoir abréger un peu. Alors allons droit au but: NON, ni les Russes, ni les Américains, ni les castors n'ont réussi à effacer le fond de l'âme indéniablement nomade de ce chaleureux et généreux peuple kirghiz. Les yourtes  sont toujours l'habitat officiel dans les jailoos (hauts plateaux). Il arrive maintenant qu'elles proviennent de Chine et que l'ossature soit en métal... mais ce sont toujours des yourtes ! Et ce n'est pas que du folklore fallacieusement servi aux touristes (kazakhs et russes pour la plupart). OUI on monte et on élève les chevaux comme du temps de ce bon vieux Gengis Khan ! Le Kirghizistan est d'ailleurs pays hôte des Jeux mondiaux des nomades, basés en grande partie sur des épreuves équestres. On s'abreuve de Koumis toute la journée, délicieuse boisson (là je mens) à base de lait de jument fermenté ! Et puis comme le dit ce vieux diction kirghiz: "qui n'a pas de cheval n'a pas de pieds" !

Enfin, OUI j'ai passé trois merveilleuses semaines en leur compagnie (des kirghizs, pas des chevaux !). C'est une population accueillante et serviable, qui cherche le contact sans prendre le touriste pour un porte-monnaie sur pattes. Cela est probablement dû en partie au fait que l'activité touristique est encore en train d'éclore, certes. Mais les prémices sont encourageants, basés sur un tourisme communautaire chez l'habitant, très loin du méga complexe all inclusive à Cancún. Alors souhaitons que cette éclosion soit lente et progressive. Souhaitons qu'elle développe un tourisme responsable et respectueux, chapeauté par des instances gouvernementales intelligentes (oxymore?). Alors merci à eux pour ces moments inoubliables... et à vos billets d'avion !
pastoralisme: Mode d'élevage extensif pratiqué par des peuples nomades et fondé sur l'exploitation de la végétation naturelle, qu'on rencontre principalement dans les zones steppiques semi-arides.